Quotidien Insolite : "Éloge de la mélancolie !"

​​

Philippe Séon vit et travaille à Paris. Il évolue dans le monde du spectacle vivant et de la vidéo  depuis 1996 et a commencé à s’intéresser sérieusement à la photographie à partir d’avril 2013.Suivant les traces de son

grand-père, John Elmer, G.I. dans la 29e division d’infanterie des forces américaines débarquées en Normandie plus de soixante-dix ans auparavant, Philippe fût envoûté par un champ de bunkers !

Pendant le débarquement, John fut choqué par l’explosion d’un obus et resta amnésique pendant plusieurs mois. Par la suite, ayant retrouvé sa mémoire, il fut envoyé à Fontainebleau en convalescence et c’est là qu’il eut l’occasion, en dansant la valse, de rencontrer la petite Française, Yvonne, qui devait devenir sa femme.

Il a trouvé des correspondances à cette vision dans la littérature, avec des auteurs tels que Ray Bradbury, Frank Herbert, Alain Damasio ou Pierre Boulle, le cinéma, avec Bladerunner de Ridley Scott, et la bande dessinée, avec Les Gardiens du Mazer de Frezatto, qui constituent chacun des éléments importants de son univers. Ils lui servent à créer des paysages à l’atmosphère onirique qui évoquent les remparts effondrés d’une civilisation engloutie, des cathédrales en équilibre sous un ciel de tempête, des paysages de solitude...

 

Ses cadrages photographiques mettent en évidence le côté spectaculaire de ces bâtiments devenus obsolètes et qui sont voués à disparaître. Par les jeux de lumière, les plans et la vitesse d’obturation, Philippe Séon construit l’univers qui lui est propre.

Il met en avant la poésie qui se dégage de ces paysages et qui deviennent un « éloge de la mélancolie ». Ses retouches photos, très appuyées, trouvent leur source d’inspiration dans le style de certains auteurs de bande dessinée, mais également des peintres flamands et amplifient l’aspect hyperréaliste et spectaculaire de l’image.

 

 

 

Catherine Schubert